Quelles sont les règles pour confectionner un emballage réussi ?

SOMMAIRE

  1. Quel emballage choisir ?
    • Quel budget pour mon emballage ?
    • Différents types pour différentes fonctions
    • Le temps de préparation
    • La qualité
    • Le poids
    • Les dimensions
    • La personnalisation vs le standard
  2. Comment emballer ?
    • Faites des économies
    • Bons outils... Bons emballeurs !
    • Répartir c'est garantir
    • La signalétique
    • Lier les colis
  3. Quels produits ne peuvent pas être envoyés ?

1. Quel emballage choisir ?

a. Quel budget pour mon emballage ?

Avant de définir « l’emballage idéal » pour votre produit, il est nécessaire de réfléchir au budget optimal à y consacrer.

  • Valeur du produit à expédier
  • Fragilité ou sensibilité
  • Mode de transport et risques attachés
  • Retour potentiel 
Produit coûteux et de valeurProduit fragileMoyen de transport pour emballageEventuel retour

Comme nous allons le voir : Attention à ne pas confondre coût et prix ! N’oubliez pas que votre meilleure assurance reste l’emballage. Une économie sur l’emballage peut vous coûter la valeur de l’objet envoyé s’il est détérioré pendant le transport

b. Différents types pour différentes fonctions :

3 fonctions principales doivent être remplies par l’emballage :

  • La Coquille extérieure

Celle–ci servira à assurer la protection contre toutes les agressions : chocs, frottements, voire eau, poussière, etc. : elle doit être résistante et imperméable. Avant tout cette « coquille » assure la rigidité et le maintien du colis. Bien généralement, c’est l’emballage carton qui assure cette fonction, que ce soit en caisse simple cannelure, double cannelure, ou triple cannelure voire encore sous forme de boite postale ou de caisse. Il est envisageable de combiner les différents avantages de chaque produit : par exemple le film étirable appliqué sur le carton permet d’imperméabiliser, de protéger la surface et de consolider la structure.

La qualité de carton, le type de cannelure à retenir sont liés au type d’envoi mais surtout aux dimensions et au poids de votre colis. Attention à ne pas confondre la résistance à la compression verticale du carton (poids maximum que l’on peut appliquer sur la face supérieure du carton) avec le poids maxi qu’un carton peut contenir (qui ne peut d’ailleurs être déterminé par avance car il dépend de la géométrie de l’objet). Nous retiendrons que, pour une bonne rigidité, il faudra choisir la double cannelure pour les colis longs ou volumineux ainsi que pour les objets lourds.

N’expédiez pas un carton portant la marque de l’objet emballé pour éviter de tenter les personnes mal intentionnées, envoyez plutôt un colis anonyme !

  • Le Matelas intérieur

La coquille ne fait pas tout : pour qu’un produit soit bien protégé, il faut le caler et amortir les chocs !

Pour éviter d’endommager votre objet en cas de choc, il est nécessaire d’amortir au maximum. Cela est d’autant plus vrai que vos objets seront lourds. Cela est également d’autant plus vrai que l’espace vide entre la « coquille » et votre ou vos objets est important. On retrouve ici la même logique que dans une voiture … rouleriez-vous sans ceinture ni airbag ?

Il existe beaucoup de produits pour caler et protéger. En fonction de votre besoin, notre partenaire Embaleo pourra déterminer la solution optimale. De manière générale :

  • Pour les objets lourds, l’utilisation de papier kraft froissé est une très bonne solution : écologique, économique, il présente surtout l’avantage de pouvoir être aussi efficace en cas de chocs multiples (à l’opposé des systèmes à poches d’air).
  • Les systèmes à poches d’air sont légion : du petit ballon au film à bulles. En général, on choisit les plus grosses « bulles » pour les plus petits objets ! Les ballons d’air en film plastique conviendront parfaitement pour caler très rapidement (l’espace vide est très vite occupé) un objet tel qu’une paire de lunettes. Le film à bulles servira d’avantage à protéger les grandes surfaces des impacts ; idéal pour les meubles par exemple.
  • La mousse, qu’elle soit en film mousse, en profil mousse ou encore en plot est une autre solution. La mousse a l’avantage de préserver les surfaces à son contact : idéale donc pour lutter contre les griffes dues au frottement. Le combiné mousse + bulle appelé « flexfoam » est un excellent choix pour les objets d’art et notamment les tableaux.
  • De nouveaux systèmes innovants font leur apparition tell que les coussins autogonflants en mousse de polyuréthane : un procédé chimique permet au coussin de calage d’épouser parfaitement la forme de votre objet : idéal pour les objets sensibles de grande valeur.
  • Enfin, les particules de calage, ou chips, peuvent convenir pour les objets légers. Polluants et générant plus de saleté, ils sont un peu délaissés aujourd’hui au profit de système à air ou bien de la frisure de papier kraft, très en vogue surtout pour son aspect « déco naturelle ».
  • L’Ergonomie

Et si la meilleure façon de ne pas casser vos objets, c’était de ne pas les faire tomber ?

Il y a toujours un côté imprévisible à un accident, cependant il subsiste différents moyens pour en diminuer le risque.

Durant son transport, votre colis sera soumis à une multitude de manipulations, humaines ou mécanisées. Les faciliter, c’est bien évidemment diminuer le risque de chute !

Essayez tant que possible de :

  • Ne pas allonger le colis inutilement (un empilage vaut mieux qu’un côte-à-côte)
  • Répartir les masses dans le colis : le plus lourd au centre en bas, le moins lourd à la périphérie
  • Préserver une surface « lisse » : pas de poignées extérieures, etc
  • Préférer une forme « carrée » qui ne roule pas
  • … vous mettre à la place du livreur de manière générale ! 

c. Le temps de préparation

Un facteur important dans votre choix doit rester le temps nécessaire à réaliser votre colis. Et oui, selon l’adage, le temps c’est de l’argent. La question se pose bien sur différemment selon que ce soit vous ou une personne que vous employez pour réaliser cette tâche. Dans le 2e cas, 5mn de gagnées, représentent 5€ d’économisés ! Si vous avez régulièrement le même type d’expéditions à réaliser, il est temps de se poser cette question. Il existe par exemple des solutions tout en un, des équipements, des solutions qui vont vous permettre de gagner du temps. Pensez par exemple aux boîtes postales tout-en-un avec bande adhésive et calage mousse incorporé ! Des équipements comme les machines à froisser le papier kraft peuvent également être rentables rapidement pour votre calage… Le temps consacré à l’emballage peut aussi être lié à la qualité des produits achetés.

Temps d'emballageEgalArgent

d. La Qualité

Choisir un emballage de qualité ne coûte pas nécessairement plus cher, il suffit de bien choisir son fournisseur ! Il faut prêter attention à la qualité des produits pour éviter les fausses économies. Prenons l’exemple du ruban adhésif : d’une qualité à l’autre vous allez parfois jusqu’à doubler la quantité utilisée et tripler le temps de pose ! Si l’économie sur le produit est au départ de 30%, inutile de dire qu’au final que pour un produit si peu coûteux la perte est totale ! De la même manière, on parle essentiellement de cannelure pour qualifier un carton, mais il faut avoir conscience que la qualité du papier est tout aussi importante… En résumé, il ne faut pas prendre en compte uniquement une dimension pour choisir un emballage !

e. Le poids

La plupart des transporteurs facture leur prestation en fonction du poids de leur colis. Avant de choisir votre solution, c’est un critère de décision à privilégier. C’est notamment le cas lorsque l’on doit choisir entre un carton d’expédition en simple ou double cannelure. Si la double cannelure n’est pas nécessaire, vous pouvez économiser à la fois sur le prix de votre emballage ET sur le prix de votre expédition ! A l’inverse, attention à ne pas tomber dans le travers de l’économie de bout de chandelle : sous dimensionner un emballage pour gagner quelques dizaines de cents alors que votre produit est coûteux peut vous occasionner de grands regrets…

f. Les dimensions

Naturellement, on cherche toujours à trouver l’emballage le plus proche de son contenu en termes de dimensions. Attention cependant à 2 points : Il faut penser à prévoir un peu de calage dans le colis. L’emballage ne sera doit pas serrer de trop près le produit (ce qui risque de pénaliser le temps d’emballage).

Attention également aux dimensions données : sont-elles extérieures ou intérieures (a priori celles qui vous intéresse). Il faut prendre garde également aux tolérances, le carton notamment est un produit relativement souple et élastique (ce n’est pas une pièce d’orfèvrerie ou mécanique). Concernant les enveloppes cartonnées ou les enveloppes bulles, n’oubliez pas de prendre en compte l’épaisseur de votre objet et n’hésitez pas à prendre la taille supérieure si vous avez un doute !

g. La personnalisation vs le standard

La question se pose régulièrement : dois-je expédier ma marchandise dans un emballage à mes couleurs ? Pour un e-commerçant, le colis est le premier contact physique entre le client et l’enseigne. On peut donc considérer qu’il joue un rôle non négligeable de présentation ! La personnalisation peut également être un vecteur de communication important. De même, un emballage sur mesure permet également d’atteindre les dimensions idéales pour emballer vos produits. Tous les emballages peuvent être personnalisés, mais cela n’est raisonnable qu’à partir une certaine quantité ! En effet, personnaliser votre emballage carton engendre des frais fixes importants : frais de clichés et de forme sont à prévoir. Pour démarrer, la personnalisation de votre ruban adhésif est un bon compromis, moins coûteux il permet une visibilité et à l’avantage de pouvoir s’utiliser sur tous vos colis.

Si vous expédiez des produits de grande valeur qui suscitent beaucoup de convoitises, il n’est pas recommandé de communiquer sur votre marque (surtout si celle-ci est connue ou explicite) afin de ne pas tenter les voleurs… Préférez un sur emballage neutre au-dessus de votre packaging marketing.

2. Comment Emballer ?

a. Faites des « écolonomies » :

En faisant preuve de bon sens on peut envisager quelques opérations bonnes à la fois pour le portefeuille et la planète !

    • Pensez à récupérer vos emballages intérieurs de fournitures :
      Une bonne partie des emballages reçus peut convenir pour une nouvelle utilisation, s’ils ne sont pas endommagés et si leur provenance peut facilement être maquillée, n’hésitez pas… mais n’allez pas trop loin dans la démarche puisqu’un emballage mal adapté pourra vous coûter bien plus cher que l’économie réalisée.
      Concernant le carton, il ne doit pas être déformé. Vous ne pouvez pas utiliser de carton usagé car il a perdu de sa rigidité lors du transport.

Emballage recyclable
  • Utilisez le bon produit :
    Bien souvent par méconnaissance des produits disponibles on effectue un gâchis sans nom. C’est souvent le cas avec l’utilisation massive du ruban adhésif : si votre colis est lourd et que vous craignez qu’il ne s’ouvre, pensez au cerclage (feuillard) beaucoup plus résistant pour réaliser la fermeture. Vous pouvez également penser au film étirable (50 fois moins cher au m2). Idem pour le choix de votre emballage carton : si la double cannelure est superflue, vous pouvez réduire de 60 à 80% vos coûts et l’utilisation de papier ! Enfin, la question du poids du colis aura aussi un effet sur votre portefeuille comme sur la couche d’ozone.

b. Bons Outils…Bons Emballeurs !

En fonction de votre cadence d’expédition, il faut envisager un investissement plus ou moins important pour vous faciliter la tâche… et réaliser de plus beaux colis. Par exemple, les dévidoirs pour ruban adhésif ou bobine de film étirable sont très bon marché (quelques euros) et vous feront gagner en praticité et en temps : scotcher à une main c’est plus simple ! Il faut également penser à l’ergonomie : de la simple table (qui permettra de préserver vos lombaires) à la table d’emballage équipée de dévidoir à film ou adhésif, il existe beaucoup de solutions pas nécessairement onéreuses.

c. Répartir c’est garantir

Lorsque vous confectionnez un colis regroupant plusieurs objets, le point le plus important est de bien répartir ces objets les uns par rapport aux autres.

La première règle est de faire preuve de bon sens et d’observation : on ne va pas mettre en contact direct des surfaces abrasives et sensibles, des objets lourds avec des objets cassants, etc. Il faut s’interroger constamment sur la nécessité et la faisabilité de réunir ces objets. Lorsque c’est le cas, il faut penser à les isoler (plaque en carton, calage) les protéger (film bulle, mousse ou étirable) et optimiser leur répartition en essayant d’utiliser les objets pour les caler les uns avec les autres. Un objet qui bouge dans un colis a plus de chances d’être endommagé qu’un objet maintenu.

Aucun objet fragile ne doit être mis en contact avec un autre objet dans un même colis. Sachez qu’un objet fragile bien emballé peut atteindre jusqu’à deux fois son volume du fait de l’emballage.

La deuxième est de bien répartir les poids. Plus l’objet est lourd, plus il doit se trouver en bas et au centre. Un colis déséquilibré a nettement plus de chance de rencontrer le sol durant son transport ! Il faut donc partir avec l’objet le plus lourd au centre et au milieu puis disposer à la périphérie puis à l’étage supérieur et ainsi de suite. Ceci évitera les risques d’écrasement.

Pour la palettisation il faut appliquer la même logique… Certaines caisses cartons sont très bien adaptées à la palettisation (les caisses GALIA), grâce à elles, vous n’aurez plus besoin d’être un expert en TETRIS pour obtenir la palette idéale.

d. La Signalétique

Nous avons parlé de casse et de vol, mais un problème tout aussi important reste à évoquer : la perte ! Aujourd’hui, avec la multiplication des systèmes de tracking, ce risque est très réduit. Cependant, tout ce fonctionnement est bien sur dépendant de … la présence de l’étiquette. Autrement dit le risque de perte incombe essentiellement au positionnement et à la sécurisation de celle-ci.

Il faut donc :

  • Penser à son positionnement avant même de constituer le colis.
  • Viser une zone supérieure
  • Eviter les zones de préhensions
  • Eviter une zone ou le colis pourrait s’arracher ou se séparer (2 cartons scotchés)
  • Coller plutôt sur une surface cartonnée
  • Utiliser des étiquettes de qualité
  • Protéger son étiquette avec une pochette ou un film plastique

En parlant d’étiquettes, il en existe un grand nombre de pré-imprimées qui permettront d’attirer l’attention sur : un sens de manipulation, un risque, la fragilité… Faites sortir votre colis du lot pour qu’on lui prête attention !

e. Lier des Colis

Chez certains transporteurs, le prix du kilo supplémentaire est si bas qu’il est tentant de ne faire de tous vos colis qu’un seul - cependant chez certains autres, le poids volumétrique fait grimper les tarifs d’un gros colis par rapport à plusieurs petits. Pourquoi pas MAIS : un colis plus lourd a plus de chance d’être endommagé en cas de chute, attention à leur éventuelle désolidarisation (il n’y a qu’une seule étiquette a priori), attention à l’ergonomie.

En résumé cette idée est tout à fait praticable si vos colis sont peu fragiles, de gabarits et de poids assez proches, relativement légers. Nous vous conseillerons alors d’utiliser un cerclage robuste (plutôt qu’un simple adhésif) et/ ou du film étirable (diminue la chance de rupture) ainsi que d’identifier chacun de vos colis séparément (duplication de l’étiquette par exemple).

Comme mentionné précédemment, il faut aussi penser à une manutention facile et sécurisée du colis : un gros colis est plus difficile à manutentionner que plusieurs petits colis.

3. Quels produits ne peuvent pas être envoyés ?

Votre envoi ne doit en aucun cas contenir de marchandises interdites ou réglementées. Si vous ne respectez pas ces consignes, votre responsabilité peut être engagée. Il est à ce titre fortement déconseillé de transporter des marchandises à risque (verre, élément liquide, etc.).




Rechercher

PayPal



Embaleo © copyright 2018